Boulanger-pâtissier : un étiquetage encadré ?